Etude d’un récit : le conte

par Nathalie Frontère, Collège Roland-Garros, Saint-Germain-les-Arpajon


Sommaire


Planning  des séquences
Séquence à dominante orthographe : imparfait et passé simple (Les Fées)
Séquence à dominante grammaire : le groupe nominal (Le Petit Chaperon rouge)
Séquence lecture (Le Petit Chaperon rouge, le Petit Poucet, Cendrillon, Le Chat botté,  Barbe Bleue)
Séquence expression écrite (Les Fées, le Petit Chaperon rouge, Le Petit Poucet)
Bibliographie

Œuvre choisie : Contes de Perrault, GF Flammarion.

Niveau  : 6e

       1. Planning des séquences

    OrthographeGrammaireLectureExpression écrite
    L’imparfait, un temps du récit.

    Texte support : " Les Fées ".

    Le groupe nominal et le nom noyau.

    Texte support : " Le Petit Chaperon rouge ".

    " Le petit Chaperon rouge ".Comparaison de situations initiales et finales de contes.

    Textes supports : " Les Fées ", " Le Petit Chaperon rouge " et " Le Petit Poucet ".

    Evaluation formative : " Une terrible marâtre ", (Textes et Méthodes, Nathan, p 72), Gracieuse et Percinet de Mme D’AULNOY.Les différentes catégories du nom.

    Textes supports : débuts de contes.

    " Le Petit Poucet ".Imaginer une situation initiale au conte de Grimm : " Le pêcheur et sa femme ".
    Le passé simple, l’autre temps du récit, texte support " Le pêcheur et sa femme " de Grimm.Evaluation formative :

    L’action (3e étape du récit).

    Retrouver les différentes péripéties de " La Barbe Bleue ". Les exprimer sous forme de GN.

    " Cendrillon ou la petite pantoufle de verre "." Une terrible marâtre ", (Textes et Méthodes, Nathan, p 72).

    Sujet : Comment imaginez-vous la suite de l’histoire ? Que va devoir faire le princesse ?

    Evaluation formative.Les déterminants.

    Texte support : " Comment Langa devint chef du village " (Textes et Méthodes, Nathan, p 66), " N’ouvre pas à l’ogre ", in Contes du Zaïre.

    " Cendrillon " de Yak Rivais.Ecrire un conte à rebours.
    Accord déterminant/ nom : le genre.

    Texte support : " La Belle au bois dormant ".

    Evaluation formative.

    Retrouver les déterminants d’un extrait de " Le joueur de flûte de Hamelin ", in Mille Ans de contes.

    " Le Maître Chat ou le Chat botté ".Ecrire un conte à rebours. (suite)
    Accord déterminant/ nom : le nombre.

    Texte support : " La Belle au bois dormant ".

    Evaluation finale sur le GN, le nom et les déterminants" La Barbe Bleue ".Imaginez la suite et la fin du conte : "La clef d’or " de Grimm. Extrait proposé : " En plein hiver ... " jusqu'à " ... il n’y en avait pas. " (Textes et Méthodes, Nathan, p 91

        2. Séquence à dominante orthographe (1 heure par séance).

    L’imparfait, un temps du récit. Texte support : " Les Fées "

    Document remis à l’élève : Le conte intégral dont les verbes à l’imparfait auront été préalablement soulignés.

    Les formes de l’imparfait :

    A quel temps sont les verbes soulignés ?
    Quel est l’infinitif de chacun de ces verbes ?
    Classez ces infinitifs selon le groupe auquel ils appartiennent.
    Qu’en déduisez-vous quant aux formes de ce temps ?
    A quelles personnes ces verbes sont-ils conjugués, pourquoi ? (cf. distinction récit/discours)
    Quelles personnes de la conjugaison n’apparaissent pas ?

    Les emplois de l’imparfait :

    Dans quel passage du conte les imparfaits sont-ils les plus nombreux ?
    Quels types d’informations nous donne ce paragraphe ?
    A quel moment du texte dans le deuxième paragraphe, l’imparfait est-il remplacé par un autre temps de l’indicatif ? Pourquoi ?
    Relevez deux imparfaits utilisés pour un fait ou une action qui se répètent.
    Pourquoi le narrateur utilise-t-il l’imparfait dans ce court passage :  " c’était la même Fée qui avait apparu à sa sœur, mais qui avait pris l’air et les habits d’une Princesse, pour voir jusqu’où irait la malhonnêteté de cette fille " ?
    Ce commentaire du narrateur est-il indispensable ?
    En quoi peut-il sembler déconcertant si on se réfère au titre ?

    En conclusion  : récapitulatif des formes et emplois de l’imparfait.

    Evaluation formative : 

    " Une terrible marâtre ", (Textes et Méthodes, Nathan, p 72), Gracieuse et Percinet de Mme D’AULNOY Document remis à l’élève : les deux premiers paragraphes du texte, dans lesquels les verbes conjugués à l’imparfait apparaîtront à l’infinitif). Mettre les verbes à l’imparfait.

    Textes et Méthodes p. 67 n°6 (récit à la première personne).

    Textes et Méthodes p. 67 n°7 (les différents emplois de l’imparfait).

     

    Le passé simple, l’autre temps du récit, texte support " Le pêcheur et sa femme " de Grimm.

    Document remis à l’élève : Le texte qui aura été lu préalablement à la maison, dont les verbes au passé simple auront été soulignés.

    Les formes du passé simple :

    A quel temps sont les verbes soulignés ?
    Quel est l’infinitif de ces verbes ?
    Classez-les selon le groupe auquel ils appartiennent.
    Quelles sont les différentes formes du passé simple ? (On fera remarquer aux élèves qu’il n’y a pas de verbe du deuxième groupe mais que leur forme est la même que celles de certains verbes du 3e groupe).
    A quelles personnes les verbes sont-ils conjugués ? Pourquoi ?
    Quelles personnes ne sont pas représentées ? Pourquoi ?

    Les emplois du passé simple :

    Quel est le sujet du premier verbe au passé simple ?
    Quel rôle joue l’action exprimée par ce verbe ?
    Quelle est l’indication temporelle qui, accompagnée du passé simple, introduit souvent l’élément perturbateur du récit ?
    Comment expliquez-vous que l’imparfait perdure au deuxième paragraphe ?
    Comparez les passages à l’imparfait avec ceux au passé simple.
    En quoi peut-on dire que l’imparfait est un temps de second plan ?
    En quoi peut-on dire que le passé simple est un temps de premier plan ?
    Récapitulatif des formes et emplois du passé simple.

    Evaluation formative :

    L’extrait suivant est proposé aux élèves avec les verbes à l’infinitif : " Je venais là presque tous les matins... " jusqu'à "  ... et il reprit avec gravité sa promenade. " extrait de Contes de la Bécasse de Guy de Maupassant.

        Mettez les verbes à l’imparfait ou au passé simple selon ce qui convient.

     

    Accord déterminant nom : le genre. Texte support : " La Belle au bois dormant ".

    Document remis à l’élève : le texte dans lequel on aura pris soin de souligner les noms suivants : Roi, Reine, fille, Marraines, Princesse, vieille, ancienne, fils, femme, enfant, lieux, enjambée, Gouvernantes, Cuisiniers, chienne, Maîtresse, quantité, curieux, Sorciers, contrée, Paysan, avenue, haie, moitié, Père, sœur, Ogres, maître, entrée, femme (épouse), Bru, agneau, Singe, chevreau, Madame, biche, cruauté et mère.

    Classez les mots soulignés selon leur genre.
    Retrouvez l’équivalent masculin des noms féminins et l’équivalent féminin des noms masculins s’il existe.
    Quels sont les trois adjectifs substantivés ?
    Quelle est la marque la plus fréquente du féminin ?
    Quels sont ceux qui en même temps que l’addition d’un " e " se caractérisent par le redoublement de la consonne finale du masculin ?
    Quels sont ceux qui en même temps que l’addition d’un " e " se caractérisent par la modification de la syllabe finale du masculin ?
    Quels sont ceux pour lesquels on ajoute le suffixe " esse " ?
    Quels sont les noms féminins soulignés qui ne prennent pas de " e " ?
    Quel est le nom qui peut être à la fois masculin et féminin ?
    Quels sont ceux qui ont un radical différent au féminin et au masculin ?
        Récapitulatif des différentes observations.
    Accord déterminant / nom : le nombre. Texte support : " La Belle au bois dormant ".

    Document remis à l’élève : le texte dans lequel on aura pris soin de souligner les noms suivants : couteau, rubis, fuseau, Château, galetas, secours, eau, yeux, repos, perdrix, bois, discours, feu, corps, animaux, nez, rideau, genoux, Palais, temps, voix, dos, bourreaux et cheval.

    Classez les nom selon qu’il sont au singulier ou au pluriel.
    Mettez au pluriel les noms au singulier et inversement.
    Quelle est la marque la plus fréquente du pluriel ?
    Quels sont les noms qui sont invariables ?
    Quels sont ceux qui font leur pluriel par l’addition d’un " x " ?
    Quels sont ceux qui ont un singulier en " al " et un pluriel en " aux " ?
    Quels sont ceux qui ont un radical différent au singulier et au pluriel ?
    Soit le passage : " Il entra dans une grande avant-cour... " jusqu'à " et se mit à genoux auprès d’elle. ". Quelles sont les créatures endormies rencontrées par le Prince ? Quelle remarque peut-on faire sur l’emploi des pluriels et du singulier dans cette énumération ?
    En conclusion : récapitulatif des observations.

     
        3.  Grammaire : séquence à dominante grammaire (1 heure par séance).
    Le groupe nominal et le nom noyau. Texte support : " Le Petit Chaperon rouge ".

    Les personnages.

        Le Petit Chaperon rouge

    Quels sont tous les groupes de mots qui désignent l’enfant ?
    Quels sont les mots de chacune de ces expressions que l’on ne peut pas supprimer ?
    A qui renvoient ces mots dans le contexte, directement ou par métonymie ?
    A quelle classe grammaticale appartiennent ces mots ?
    Que signale la substitution fille/enfant ?
    Comment appelle-t-on le mot qui précède le nom ?
    Quels sont les éléments indispensables d’un groupe nominal ?
    Quel rôle jouent les mots qui entourent le nom noyau ?
    Combien de fois l’adjectif " petit " est-il répété ?
    Comment comprenez-vous cet adjectif ?
    Pourquoi le narrateur qualifie-t-il l’enfant de " pauvre " ?
       La grand-mère
    Relevez tous les groupes nominaux qui renvoient à la grand-mère.
    Quels sont les noms noyaux de ces expressions ?
    Que signale le passage de l’un à l’autre ?
    Quel(s) sens donnez-vous au qualificatif " bonne " ?
        Les autres personnages
    Qui sont les autres personnages ?
    Relevez les GN qui renvoient à ces personnages.
    Ces GN sont-ils riches en expansions ?
    Le lieu
    Relevez deux GN qui renvoient aux lieux où se déroule l’histoire.
    Ces GN nous permettent-ils de situer ces lieux ?
    Le temps
    Relevez un GN au début du deuxième paragraphe qui est une indication de temps.
    Le temps de l’histoire est-il déterminé ?
    Qu’est-ce qui caractérise les indications de lieu et de temps du conte ?
    Conclusion

    Les GN renvoyant aux personnages, aux lieux et au temps sont-ils riches en expansions ?
    Qu’est-ce qui caractérise le style du conte ?

     

    Les différentes catégories du nom. Textes supports : débuts de contes.

    Nom concret et nom abstrait:

    Textes et méthodes, Nathan, p. 100, texte 1.

    Relevez les noms.
    Classez-les en deux colonnes, d’une part ceux qui renvoient à une réalité que l’on peut percevoir par les sens, d’autre part ceux qui renvoient à une réalité que l’on ne peut concevoir qu’avec l’esprit.
    Quels sont ceux qui sont les plus nombreux ? Comment l’expliquez-vous ? A quel genre de texte renvoie cet extrait ?
    Textes et méthodes, Nathan, p. 100, texte 2.
    Même travail.
    Que constatez-vous ?
    Nom propre et nom commun.

    Textes et méthodes, Nathan, p. 100, textes 3, 4 et 5.

    Relevez les noms propres de ces débuts de contes.
    Qu’est-ce qui permet de les reconnaître ?
    A qui ou à quoi renvoient-ils ?
    Que remarquez-vous dans les contes de Perrault en ce qui concerne l’usage des majuscules ?
     

    Les déterminants. Texte support : " Comment Langa devint chef du village " (Textes et Méthodes, Nathan, p 66), N’ouvre pas à l’ogre, in Contes du Zaïre.

    Dans le texte seront encadrés les déterminants suivant : un (village), un (chasseur), le (chasseur), sa (renommée), le (pays), le (village), un (gibier), cette (contrée), les (gens), au (léopard), leur (chef), (le chef) du (village), ses (fonctions), sa (fin), l’(heure), des (querelles), une (lutte), les (fils), son (chemin), l’(air), un (léopard), le (félin), ce (endroit), de (grands amis), ces (événements), aux (anciens), (à l’insu) des (chefs), cette (nuit) , au (pouvoir), (le conseil) des (anciens) et la (crise).

    Observez les déterminants encadrés. 
    Quelle définition du déterminant proposeriez-vous ?
    Quels types d’informations donne-t-il ?
    Les articles définis/indéfinis :
    Comment expliquez-vous la substitution de " le " à " un " (un village/le village, un léopard/le félin, un chasseur/le chasseur) ?
    Quels sont les emplois respectifs de ces deux déterminants ?
    Quels sont parmi les déterminants soulignés, les formes du féminin et du pluriel ?
    Comment appelle-t-on ces déterminants?
    Observez " de grands amis ", " de nombreuses femmes ". Quel déterminant remplace " de " ?
    Postposez " grands " et " nombreuses ".
    Quelle remarque faites-vous quant à l’adjectif " grand ".
    A quelles conditions " de " remplace-t-il " des " ?
    Observez " du village ", " au léopard ", " aux anciens " et "(le conseil) des anciens ". Remplacez le nom masculin par le nom féminin singulier correspondant : " tribu ", " panthère " et " doyenne ". Que constatez-vous ?
    Les adjectifs possessifs : 

    Observez : sa (chasse), sa (renommée), sa (fin).
    Supprimez ces déterminants et remplacez-les par l’article défini " la ". Quels GN sommes-nous obligés de répéter ?
    Quel type de lien ce déterminant établit-il ?
    Quels sont les deux éléments mis en relation ?
    Quels sont les autres déterminants qui jouent le même rôle ?
    Comment les appelle-t-on ?

    Les adjectifs démonstratifs :

    Observez : cette (contrée), ce (même endroit), ces (événements), cette (nuit-là). Quelle fonction ces déterminants ont-ils dans le texte ?
    Les noms qu’ils précédent sont-ils déjà apparus dans le texte ?
    A quelle condition peut-on utiliser ces déterminants ?
    Supprimez " même " devant " endroit ". Quelle nouvelle forme du déterminant obtient-on ?
    Comment appelle-t-on ces déterminants ?

    En conclusion, récapitulez les différentes catégories de déterminants et leurs différentes formes suivant le genre et le nombre du nom que le déterminant précède. Quel est leur rôle respectif ?
     

     
     
       4. Séquence de lecture (1 heure par séance)
    " Le petit Chaperon rouge "

    Les citations sont extraites de Contes Perrault par Marie-Hélène Roques chez Bertrand Lacoste.

    Introduction :

    De quel type de conte s’agit-il ?
    Qu’est-ce qui caractérise son dénouement ?
    Quels sont les deux mondes en présence ?
    Quelle proposition le Loup fait-il au Petit Chaperon rouge ?
    " La rencontre de deux mondes " :
    Combien de fois les adjectifs " petite " et " grand(s) " sont-ils répétés ?.
    Les adversaires sont-ils égaux ?
    A qui s’applique l’adjectif " grand " ?
    En quoi peut-on dire que la défaite du Petit Chaperon rouge est inscrite dans le vocabulaire ?
    Que met en valeur la " répétition obsédante " de l’adjectif " petit " ?
    Le personnage est-il assez mature pour affronter le Loup ?
    Sa mère l’avait-elle mise en garde ?
    Cette mère n’est-elle pas " folle " d’envoyer sa fillette dans les bois ?
    " Une proposition malhonnête " : le dialogue entre le Loup et le Petit Chaperon rouge :
    Comparez les phrases du discours du loup et celles du Petit Chaperon rouge.
    Quelles sont les phrases les plus riches ?
    Quelles sont les phrases les plus concises ?
    Que traduisent-elles chez l’un et chez l’autre des personnages ?
    La proposition du loup : quel défi lance le Loup ?
    En quoi les dés sont-ils "pipés " ?
    N’est-ce pas étonnant que la petite fille accepte si facilement, elle qui connaît bien le chemin ?
    A-t-elle bien compris le jeu, elle qui " [s’amuse] à cueillir des noisettes, à courir après des papillons et à faire des bouquets de petites fleurs qu’elle rencontrait. " ?
    Relevez tous les diminutifs de la phrase ?
    Que soulignent-ils quant à la maturité de l’enfant ?
    N’annoncent-ils pas sa fin malheureuse ?
    Pour la conclusion, une recherche sur le loup aura été faite préalablement au C.D.I. . Que peut symboliser le loup dans la mentalité archaïque, dans les civilisations gréco-latines, dans la mentalité médiévale et enfin dans la morale du conte ?

     

    " Le Petit Poucet "

    Les citations sont extraites de Contes Perrault par Marie-Hélène Roques chez Bertrand Lacoste.

    Introduction :

    De quoi s’agit-il ?
    Quel est le personnage principal ?
    Quels sont les autres personnages ?
    Etude des personnages :

            Le Petit Poucet :

    Quelles relations faites-vous entre le titre de ce conte et celui d’un conte précédemment étudié ?
    Dans quels épisodes du conte la taille du héros est-elle utilisée par le narrateur ?
    Cette caractéristique physique est-elle un élément important du conte ?
    Récrivez le titre en changeant l’orthographe du GN.
    A quelles nouvelles hypothèses parvenez-vous ?
    Quel chiffre concernant le Petit Poucet est répété ?
    Que symbolise le chiffre sept selon la Bible ?
    Quel destin est réservé à ce benjamin ?
    Relevez les indices qui montrent que c’est un enfant mal-aimé.
        " Une famille trop nombreuse " :

    Quelle activité les parents exercent-ils ? Est-elle lucrative ?
    En quoi peut-on dire que les parents sont imprévoyants et immatures ?
    Ne sont-ils pas eux aussi des parents indignes ?
    Quel est " l’aspect extraordinaire de cette famille " ?
    Par quels éléments biographiques le narrateur nous explique-t-il cet aspect extraordinaire ?
    Quel est le ton du passage ?

        " Un couple traditionnel " :
    La femme de l’Ogre :
    Relevez le champ lexical de la bonté.
    La bonne femme appartient-elle plus au monde des humains ou à celui des ogres ?
    L’Ogre :
    Quelle est son origine mythologique ?
    Relevez le champ lexical de la violence ?
    Quels sont ses attributs ?

    Le couple :
    Quel type de relation régit le couple ?
    Qu’oppose la femme de l’Ogre à la violence physique de son mari ?

    Les sept ogresses :
    Relevez les caractéristiques physiques des fillettes.
    Les enfants tiennent-elles davantage de leur père ou de leur mère ?
    Elles sont sept comme les fils du bûcheron. Que représentent-elles symboliquement ?

    Conclusion : en quoi peut-on dire que les personnages du conte ont, plus qu’une profondeur psychologique, une grande valeur symbolique ?

     

    " Cendrillon ou la petite pantoufle de verre "

    Les citations sont extraites de Contes Perrault par Marie-Hélène Roques chez Bertrand Lacoste.

    Introduction :

    Perrault a-t-il inventé ce conte ?
    Quel est l’élément perturbateur de ce récit ?
    Quel est l’objet qui permettra à la situation de retrouver un équilibre ?
    "Une marâtre très ordinaire ". (" l’élément perturbateur ")
    Une marâtre :
    Quel nouveau sens le mot marâtre prend-il au 17ème siècle ?
    Quelle souffrance la marâtre fait-elle endurer à Cendrillon ? (aspects affectif, social, matériel)
    Quels sont les deux noms donnés à la jeune fille ?
    Quelles peuvent être les significations symboliques du mot " cendre " ?
    La marâtre : un motif commun :
    Dans quel autre conte de Perrault le motif de la marâtre ou sa variante, celui des parents indignes, se rencontre-t-il ?
    Quels types de souffrances les parents font-ils endurer à leurs enfants ?
    Quel est l’objet qui délivrera Cendrillon du joug sous lequel la tient sa marâtre ?
    " Une pantoufle peu ordinaire " : " résolution du problème généré par la marâtre " :
     

    La pantoufle comme objet participant du merveilleux :

    Qu’est-ce que la pantoufle dans le contexte ?
    Quelle est sa caractéristique ?
    Sa singularité ne s’explique-t-elle pas par l’atmosphère de féerie qui règne dans le texte. ?
    Relevez quelques métamorphoses qui font sourire.
    Quel est le ton du passage ?
    La pantoufle, objet de reconnaissance pour Cendrillon :
    La pantoufle est-elle magique ?
    Si elle n’a pas de pouvoir magique, en quoi peut-on dire qu’elle a une origine et un effet magique ?
    Conclusion : Que peut symboliser le soulier ? Quel itinéraire la jeune fille accomplira-t-elle grâce à lui ?

     

    " Cendrillon " de Yak Rivais

    Introduction :

    D’où est extrait ce texte ?
    Quel mot bien connu de nous le titre du recueil contient-il ?
    Quel est le titre choisi ?
    Qu’évoque-t-il ?
    S’agit-il du conte de Cendrillon tel que nous le connaissons ? 
    Quelle est l’originalité du texte ?
    Dans un premier temps, nous allons vérifier si la trame narrative de ce texte est la même que celle du conte de Perrault.

    La trame narrative.

    Les personnages du récit :

    Le narrateur présente-t-il ses personnages ?
    Quel est le déterminant qui précède le nom " Prince " ?
    Quel est le rôle grammatical de cet article ?
    A-t-il déjà été question du personnage dans le texte ?
    Que suppose donc le narrateur ?
    Quelle est la fonction du Prince ?
    A qui renvoie l’expression " la belle demoiselle " ?
    Comment l’avez-vous deviné ?
    Soit l’extrait du conte de Perrault : " Lorsque elle avait fait son ouvrage ... " jusqu'à " ... quoique vêtues très magnifiquement. ". Quelle explication absente de notre texte nous donne le récit traditionnel ?

    La pantoufle objet d’origine magique :

    Quel est le déterminant qui précède ce nom ?
    Quelle remarque faites-vous ?
    Les éléments constitutifs de la version traditionnelle sont-ils présents dans le texte ?

    L’héroïne persécutée.
    L’aide magique.
    La rencontre avec le Prince.
    Preuve.
    Mariage.
    Que constatez-vous ?
    Quel est alors l’intérêt de ce texte ?
    L’originalité du texte :
    Quelle est l’originalité du texte ?
    Quel est le but d’une telle version ?
    Sommes-nous perdus dans cette histoire à rebours ? Quels repères nous sont donnés pour nous y retrouver ?
    Que remarquez-vous quant à ces repères ?
    Quel est le ton de la dernière phrase ?
    A qui renvoie le pronom " nous " ?
    Conclusion :

    S’agit-il bien d’un conte ?
    Quelle est la raison d’être de cette version contemporaine ?
    Quel est son but ?

     

    " Le Maître Chat ou le Chat botté "

    Les citations sont extraites de Contes Perrault par Marie-Hélène Roques chez Bertrand Lacoste.

    Introduction :

    Nous avons déjà étudié " Le Petit Poucet ", n’y a-t-il pas dans notre recueil une autre histoire de bottes et d’ogre ?
    De quoi s’agit-il dans ce conte ?
    Quel(s) est (sont) le(s) personnage(s) principal(aux) ?
    Quel(s) est (sont) le(s) personnage(s) secondaire(s) ?
    En quoi ce texte est-il humoristique ?
    Les personnages principaux :
    Le Chat botté.
    Qui est le héros de l’histoire ? Pourquoi ?
    Quels sont ses traits de caractère ?
    Quel est l’attribut du personnage ?
    Joue- t-il un rôle dans le conte ?
    Comparez le titre et les expressions qui désignent le personnage dans le texte.
    Quel est parmi les deux GN du titre celui qui est choisi dans le texte ? 
    Quand les bottes rendent-elles service au Chat ?
    A quel moment le handicapent-elles ?
    Montrez que le chat a une double nature.
    A quels moments se comporte-t-il en humain ?
    A quels moments reprend-il sa vraie nature de chat ?
    Le fils du meunier : un faux héros.
    Qui est le déshérité de la famille ?
    Dans quels autres contes le benjamin est-il le moins favorisé ?
    Comprend-il ce qui lui arrive ?

    Des personnages secondaires inconséquents.
    En quoi le roi se montre-t-il irréfléchi ?
    La jeune princesse n’est-elle pas légère de se donner au premier venu ?
    Quel défaut perdra l’Ogre ?

    Le jeu du texte :
    A quel moment le narrateur joue-t-il sur les deux tableaux, le chat animal et le chat humain ? Quel est l’effet obtenu ?
    Quel est le rythme du récit ? Quel est l’effet obtenu ?
    Conclusion :

    Qui est finalement celui des trois fils qui aura le sort le plus enviable à la fin ?
    Dans quels autres contes que nous avons étudiés le benjamin prendra-t-il sa revanche ?
    Les bottes jouent-elles le même rôle que dans " Le Petit Poucet " ?
    L’Ogre a-t-il le même statut que dans " Le Petit Poucet " ?

     

    " La Barbe bleue "

    Les citations sont extraites de Contes Perrault par Marie-Hélène Roques chez Bertrand Lacoste.

    Introduction :

    De quoi s’agit-il dans ce conte ?
    Qui est le personnage principal ? Comment le qualifieriez-vous ?
    Quel est le lieu de son crime ?
    En quoi cette histoire peut-elle sembler invraisemblable ?
    Un mari monstrueux :
    Qu’est ce qui le caractérise physiquement ?
    La couleur de cette barbe n’est-elle pas surprenante ?
    Quels sont les biens de La Barbe bleue ?
    Quel rôle jouent-ils pour ce mari sanguinaire ?
    Quel objet magique possède-t-il ?
    Quel est son pouvoir ?
    Quelles raisons le poussent à mettre ses jeunes femmes à l’épreuve et à les tuer ?
    Quel type d’être est-il ?
    " La chambre interdite " :
    Que symbolise la chambre interdite dans les versions populaires ?
    Quel rôle joue-t-elle dans le conte de Perrault ?
    Quel travers féminin, dénoncé dans la morale, La Barbe bleue veut-il mettre à l’épreuve ?
    Ce récit est-il comme " le Petit Chaperon rouge" un conte d’avertissement ?
    Le lieu des invraisemblances :
    Comment se fait-il que La Barbe bleue revienne juste au moment fatidique ?
    Comment expliquez-vous que sœur Anne se trouve là le lendemain lorsque l’affreux mari redemande ses clefs ?
    Comment expliquez-vous que les frères arrivent au moment opportun ?
    Conclusion :

    Quels sont les éléments qui montrent que ce conte est une adaptation de Perrault de versions orales qui l’ont précédé ?

        5. Expression écrite (1 heure par séance)
    Comparaison de situations initiales et finales de contes. Textes supports : " Les Fées ", " Le Petit Chaperon rouge " et " Le Petit Poucet ".

    Les situations initiales :

    Quels types d’informations nous sont donnés ?
    Qui est le héros ?
    Quels liens l’unissent aux autres personnages ?
    Quels sont les deux héros qui sont dans la même situation ?
    De quoi souffrent-ils ?
    La situation du Petit Chaperon rouge est-elle si enviable ? (cf. adjectif " folle " deux fois répété)
    Quelles sont les indications de lieu ?
    Quelles sont les indications de temps ?
    Quel est le temps linguistique utilisé ?
    En conclusion, quel est l’intérêt de la situation initiale ?
    Les situations finales :
    La situation de nos héros s‘est elle modifiée ? Et celle de leurs proches ?
    Quel est le temps linguistique utilisé ?
    En conclusion, qu’est-ce qui caractérise la situation finale ?
    Prolongements :
    Retrouvez les différentes péripéties du conte " Les Fées ".
    Nommez chacune d’elles à l’aide d’un GN.
    Le récit n’est-il pas organisé en fonction du but à atteindre ?
    La situation initiale ne dépend-elle pas de la situation finale ?
     

    Expression écrite : 

    Bullet1.gif (122 octets)     Imaginer une situation initiale au conte de Grimm : " Le pêcheur et sa femme ".
    Bullet1.gif (122 octets)     " Une terrible marâtre ", (Textes et Méthodes, Nathan, p 72). Sujet : Comment imaginez-vous la suite de l’histoire ? Que va devoir faire le princesse ?
    Bullet1.gif (122 octets)      Ecrire un conte à rebours.
    Bullet1.gif (122 octets)      Imaginez la suite et la fin du conte : " La clef d’or " de Grimm. Extrait proposé : " En plein hiver ... " jusqu'à " ... il n’y en avait pas. " (Textes et Méthodes, Nathan, p 91).

     

     

       6. Bibliographie
Contes Perrault par Marie-Hélène Roques chez Bertrand Lacoste.
Cendrillon par Annie Delatte chez Bertrand Lacoste.
Les contes à l’école par Serge Martin chez Bertrand Lacoste.
Les contes de Perrault par Marc Soriano chez Gallimard.
PERRAULT, Contes par Michèle Simonsen,  Etudes Littéraires PUF.
 

 

BL00544A.gif (1487 octets) Accueil